logo-les-comtes-de-provence

Aujourd’hui nous allons faire un tour du côté de l’agro-alimentaire, où le développement durable peut jouer un rôle central pour créer de la valeur. Pour cela, direction Peyruis, petite ville de 3000 habitants dans les Alpes de Haute Provence, où l’entreprise agro’novae fabrique depuis plus de 30 ans sous la marque « Les Comtes de Provence » des produits à base de fruits : confitures, compotes, etc.

Pour comprendre l’engagement de l’entreprise, un coup d’œil aux labels sur le site internet nous donne une bonne idée : « Agriculture Biologique », « Cuisiné en France » et « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Et pour en déduire que durable rime avec qualité, les récompenses de l’entreprise nous aident : médailles au Concours Général Agricole de Paris et trophée « great taste gold ». Ca donne envie de goûter mais surtout d’en savoir plus…

labeks
Affichage des logos sur le site web

Pour produire des confitures et des compotes de qualité, agro’novae a fait le choix, logique vous me direz, d’utiliser des matières premières de qualité et une liste réduite d’ingrédients : fruits cueillis à maturité, pure sucre de canne, acidifiants et gélifiants naturels, et … c’est tout ! Pour la qualité, tous les fruits utilisés sont sélectionnés selon des cahiers des charges stricts qui assurent leur bon goût.

Le deuxième secret de fabrication des confitures, c’est la cuisson artisanale traditionnelle. Pour confectionner les produits avec le meilleur goût possible, la cuisson se fait à la vapeur dans des chaudrons créés sur mesure pour l’entreprise. Mais par dessus tout, c’est un cuiseur qui joue un rôle central. Grâce à son savoir-faire traditionnel, il garde un œil permanent sur la cuisson et juge à la couleur si la préparation est prête.

Cuiseur
Extrait de la vidéo institutionnelle

Bien que toute la partie cuisson soit restée traditionnelle, le choix a été fait d’industrialiser les autres procédés pour gagner en efficacité : étiquetage, empotage et conditionnement. Et pour économiser l’eau et l’énergie utilisées aux différentes étapes de production, l’entreprise investit en moyenne 5% de son chiffre d’affaires annuel pour améliorer les procédés et réduire les consommations.

En plus de la qualité, de la tradition et des économies de ressources, le PDG Yves Faure a souhaité lancer il y a 15 ans déjà une gamme de produits biologiques, « par conviction et parce que la demande des consommateurs se faisait déjà sentir ». L’entreprise a alors commencé avec des petites quantités pour arriver aujourd’hui à une gamme bio qui représente 50% des ventes. Et ce n’est pas fini puisque la volonté de la Direction est de poursuivre le développement de cette gamme, comme le montrent les nouveaux produits récemment sortis à la vente. Quant à la mise en place de la gamme biologique, le PDG explique ne pas avoir rencontré de difficultés particulières puisque « l’accompagnement des labels a beaucoup aidé et permis d’encadrer les démarches ».

Confitures bio
Présentation de la gamme bio sur le site web

Et sur les autres aspects de la RSE alors ? L’entreprise agit aussi au niveau social et sociétal, en favorisant une bonne ambiance de travail pour les salariés, locaux en grande majorité. Et sur cet aspect, pas de labels mais des médailles du travail distribuées régulièrement, ce qui correspond au minimum à une ancienneté de 20 ans pour un salarié. Sacrée performance dans une société où le turnover domine ! Quand à son ancrage territorial, il est assuré par le soutien de manifestations sportives locales, un lien permanent avec la chambre d’agriculture, un partenariat avec une coopérative agricoles locale et une manufacture ouverte aux visites.

Manufacture
Capture d’écran du site web

Tout cela ressemble bien à un bel exemple de démarche RSE ancrée dans l’ADN de l’entreprise et pourtant le PDG m’a confié en toute modestie ne pas vouloir parler de RSE car « l’entreprise ne coche pas toutes les cases d’une politique RSE au sens pur du terme ». Alors si on ne veut pas parler de RSE, ça y ressemble beaucoup et on en observe quand même les retombées, puisque grâce à ses produits de qualité et une gamme biologique conséquente, agro’novae emploie aujourd’hui 30 personnes, est en croissance annuelle de 15% avec un chiffre d’affaires proche de 10 millions d’euros et exporte ses produits vers plus de 20 pays. Et cette réussite semble être tirée par le bio, puisque la croissance de cette gamme, entre 20 et 30% par an, est tout simplement le double de celle de la gamme conventionnelle ! Le tout en perpétuant des savoir-faire traditionnels locaux. Alors, convaincus ?

Yves Faure 2

Je tiens à remercier Yves Faure, PDG d’agro’novae, qui a pris le temps de me raconter son entreprise avec passion.